+33 (0)1 83 62 04 04

Essai Gratuit Connexion PRO
Essai Gratuit Connexion PRO

+33 (0)1 83 62 04 04

Le Figaro.fr consacre un article au partenariat de ClicRDV avec la préfecture de Seine-Maritime

Le site www.figaro.fr consacre un article au partenariat de ClicRDV avec la préfecture de Seine-Maritime, dans le cadre de la vaccination contre la grippe A.

En Seine-Maritime, une société informatique a noué un partenariat avec la préfecture pour permettre à ses habitants de prendre leur rendez-vous de vaccination sur Internet. Une solution efficace pour éviter les files d’attente.

Les Seinomarins peuvent aller se faire immuniser contre la grippe A sans craindre de passer deux ou trois heures dans leur centre de vaccination. Et pour cause, depuis le début de la campagne, un service leur permet de réserver leur rendez-vous directement sur le site Internet de leur préfecture, et d’éviter ainsi les files d’attente observées dans d’autres départements.

La procédure – entièrement gratuite pour les internautes – est très simple : l’administré se connecte sur le site de la préfecture, rentre son code postal, choisit sa commune, se voit proposer le centre de vaccination le plus proche, et sélectionne le jour et l’horaire qui lui conviennent, à dix minutes près. Un e-mail lui rappelle son rendez-vous, précise l’adresse (avec plan GoogleMap à l’appui) et lui permet si besoin d’annuler ou de modifier l’horaire. Et un dernier e-mail de rappel est envoyé 24 heures avant la vaccination. Sur place, une file est réservée aux administrés ayant pris rendez-vous, prioritaires.

1.500 rendez-vous par jour pris sur Internet

«La possibilité de planifier et de devancer l’affluence permet d’éviter toute saturation», se réjouit-on à la préfecture de Seine-Maritime. «1.500 rendez-vous par jour sont pris directement par Internet dans ce département, affirme la société ClicRdv, qui a conçu le service pour une facture d’environ 15.000 euros à la préfecture, soit environ deux centimes d’euro par administré.»

Au ministère de l’Intérieur, on dit ne pas avoir été mis au courant de telles initiatives dans d’autres départements. Et personne – ni au ministère de la Santé, ni à la direction générale de la Santé – ne semble avoir pensé à mettre en place ce service à l’échelle nationale. Seule exception : la Haute-Garonne, où une plateforme similaire a été mise en place via une autre société informatique sur le site Internet de la préfecture. Mais victime de son succès, le service est momentanément inaccessible.

Les commentaires sont fermés.